Des traitements spécialisés et des techniques modernes

Notre clinique traite les varices sous la peau de calibre moyen à important. Nous ne traitons pas les petites varicosités fines et superficielles situées dans la peau.

La maladie des varices

Souffrez-vous de la maladie des varices?

Si vous présentez les symptômes suivants, vous pourriez souffrir de la maladie variqueuse :

  • Veines foncées rouges ou bleues
  • Veines tordues, démesurées, ressemblant à des cordes, des nœuds ou des bosses sur les jambes
  • Douleurs aux jambes
  • Jambes lourdes
  • Jambes fatiguées
  • Jambes impatientes
  • Enflure des chevilles, des mollets et des pieds
  • Crampes

Qu’est-ce que la maladie des varices?

Les varices sont des veines dilatées et tortueuses. L’enflure anormale et permanente des veines est causée par une perte d’élasticité de leur paroi menant à une insuffisance de leurs valvules.

Pourquoi les veines deviennent-elles insuffisantes?

Les veines font partie d’un système redondant qui amène le sang vers le cœur, et les veins des jambes doivent fonctionner contre la gravité. Les veines peuvent perdre  l’élasticité de ses parois et de ses valves, et se déformer pour devenir tortueuses. En s’affaiblissant de cette façon, elles font obstacle au flux sanguin régulier.

Les causes principales et facteurs aggravants sont :

  • L’hérédité
  • La position debout prolongée
  • L’obésité
  • La grossesse

La maladie variqueuse peut entraîner d’importantes complications si elle n’est pas traitée.

Les complications les plus communes sont :

  • Douleur
  • Lourdeur
  • Enflure
  • Problèmes dermatologiques (eczéma variqueux, dermite de stase, ulcères variqueux, saignement, etc.)
  • Thrombophlébite superficielle (TPS)
  • Thrombophlébite veineuse profonde (TPP)
  • Embolie pulmonaire

Les différents traitements existants et ceux offerts par notre clinique

Voir tableau

 

 Traitement Description Explication Disponible à notre clinique
Phlébectomies à l’aiguille La technique consiste à ponctionner la peau à plusieurs endroits avec une aiguille et enlever les veines délicatement avec un crochet. Le processus se déroule entièrement sous anesthésie locale et provoque très peu de saignements. Comme il n’y a pas d’incision au bistouri, quelques points de suture seulement sont nécessaires minimisant les cicatrices qui disparaitront rapidement. Les branches malades des saphènes sont responsables des varices visibles sous la peau. Ces varices se manifestent sous la forme de bosses ou de cordons visibles, palpables et sensibles. Comme ces branches se trouvent trop près de la peau, ces varices ne peuvent pas être traitées au laser ou par radiofréquence car il y aurait un risque de causer des brûlures.

Les cicatrices dues aux phlébectomies guérissent très bien et sont pratiquement invisibles quelques mois après l’intervention. Par ailleurs, il n’est parfois pas nécessaire de traiter les saphènes au laser, et des phlébectomies des branches peuvent être alors réalisées.

check_mark_23x20_02-svg

Laser endoveineux La technique consiste à introduire une fibre de laser via une ponction à l’aiguille au niveau du mollet. La veine est alors cautérisée grâce à la chaleur dégagée par le laser. La saphène disparaît complètement quelques mois plus tard. Le traitement est réalisé sous anesthésie locale seulement. Le laser endoveineux est utilisé depuis 2001 et présente un excellent taux de réussite de près de 98%.

check_mark_23x20_02-svg

Radiofréquence Cette procédure est similaire à celle du laser endoveineux, à l’exception de la source thermique, qui provient dans ce cas des ondes radio émises par la fibre. Cette technologie non invasive permet des suites postopératoires encore plus allégées. À noter que cette technique est utilisée pour les veines saphènes de gros calibre.

check_mark_23x20_02-svg

VenasealTM Closure System Cette technique consiste à injecter une petite quantité d’adhésif médical dans la veine malade. L’adhésif obstrue la veine malade et le sang est redirigé vers les veines saines à proximité, améliorant la circulation sanguine. Cette nouvelle technique n’est actuellement pas offerte à notre clinique, car elle présente des résultats qui n’ont pas encore démontré une durabilité à long terme et comporte un coût considérablement élevé. Le Dr Mercier analyse actuellement la pertinence et de l’efficacité de cette technique.

mark-39951_960_720

Sclérothérapie des saphènes et des branches sous échographie (écho sclérose) Cette technique consiste à injecter du liquide sclérosant sous forme de mousse dans les veines atteintes. Ce traitement est souvent utilisé pour des veines de plus petit calibre, nécessite parfois plusieurs séances et présente un taux de récidive plus élevé. Le Dr Mercier a recours à cette technique seulement pour effectuer des retouches à un traitement au laser, à la radiofréquence ou des phlébectomies.

check_mark_23x20_02-svg

Sclérothérapie de varicosités intradermiques  Cette technique consiste à injecter un liquide (dextrose et eau) non toxique à l’aide d’une très petite aiguille dans les veines de surface. Ce traitement requiert plusieurs séances. Les veines intradermiques sont des veines bleues, rouges, vertes situées dans la peau ou juste en dessous. Pour ces traitements, le Dr Mercier confie ses patients à d’autres collègues qui se spécialisent dans ce genre de procédures.

mark-39951_960_720

Saphénectomie par éveinage (« Stripping ») Cette procédure est réalisée sous anesthésie générale ou rachidienne. Le chirurgien fait une incision dans la région de l’aine et procède à une ligature de la veine à son origine. Par la suite, plusieurs autres incisions sont réalisées sur la longueur de la jambe, à partir de la cuisse, vers le bas. La veine est ensuite extirpée, laissant parfois des cicatrices visibles. Des complications sont possibles par suite de ce type d’intervention : douleurs postopératoires, dommages aux nerfs pouvant mener à des engourdissements, ecchymoses, et dommages aux tissus lymphatiques de la jambe. Le temps de récupération est de trois à quatre semaines. Cette procédure est encore pratiquée dans les hôpitaux et elle est couverte par la Régie de l’assurance maladie du Québec. Le Dr Mercier a cessé d’utiliser cette technique en 2002. Elle présente un taux de récidive d’environ 25%.

mark-39951_960_720